UNE MUNICIPALITÉ DANS LE CREUX DE LA VAGUE


22 Oct
22Oct

101 jours après la fièvre des premiers conseils municipaux de juillet, principalement consacrés au partage des places conquises, la nouvelle majorité avait affirmé passer à l'application de « son projet de mandat », soit dit plus simplement à la réalisation de ses promesses électorales.

« Virage écologique » : promesses 5, 12, 13, 14, 15, 16, 17... des slogans ont nourri le grand récit de l'écologie électorale de la nouvelle municipalité, dont le collectif « Les Annéciens » avait pressenti qu'elle réduirait la véritable écologie politique à des recettes à courte vue de développement personnel.

Que s'est-il passé ? PRATIQUEMENT RIEN.

Les seules déclarations publiques ont porté sur :

  • la présence dans un film documentaire, bienveillant des élus de couleur verte,
  • la mise en scène officielle du projet « Rigaut » de transformation du Thiou en vague privée de surf,
  • les bienfaits pour Mme la maire déléguée d'Annecy de la piste cyclable « Rigaut » entre Bonlieu et la piscine, supprimée en catastrophe face au tollé des protestations,
  • le bouchon de la piste cyclable peinte et repeinte boulevard Decoux, 
  • l'abandon du projet de parking souterrain de la Préfecture, sans un regard aux commerçants,
  • la reprise à l'identique, sauf petit repentir cosmétique, du projet « Rigaut » des haras,
  • l'annonce timide et tardive d'un courrier au département pour qu'on évite aux annéciens une peine de 15 ans d'aérodrome,
  • l'annonce d'une « conférence des mobilités » du tour du lac dénoncée la veille comme inutile.

La faillite du renouvellement est la conséquence de la posture de la nouvelle municipalité. 

D'abord, elle confond politique et communication comme si annoncer une piste cyclable et la peindre sur la chaussée dispensait de réfléchir à la réalité de la circulation. 

Ensuite, elle n'écoute que ceux qui l'arrangent. Mais le vélo, la trottinette, même électriques, existaient déjà en 1900 : les nouveaux modèles de mobilité ne sont pas du côté de la consommation personnelle, avec une multiplication de l'offre commerciale, mais du côté du partage. « Pas moins, guère plus, mais mieux ! » Voilà ce que disent les habitants.


En parallèle, la nouvelle équipe a renouvelé son soutien sur les projets suivants pourtant portés par l'ancienne majorité et tant décriés pendant la campagne

 - la poursuite de la convention avec le conseil départemental pour la construction des routes (doublement de la rocade, déviations de Poisy, etc...) alors qu'ils promettaient un moratoire.

- la continuité du projet de Halle gourmande, certes en mettant davantage l'accent sur la présence de produits locaux... déjà présents dans le projet de M. Rigaut, mais en validant la gestion par un gestionnaire privé dont le seul intérêt reposera sur la rentabilité de l'exploitation, plutôt qu'une gestion plus innovante et participative grâce à une coopérative (il est loin le temps des vidéos fracassantes devant Crescendo en promettant de réinstaller un "restaurant populaire" !)

- la poursuite à l'identique du projet de rénovation de la piscine des Marquisats pourtant tant décrié par le candidat devenu maire.

Programme de "Réveillons Annecy !" - Capture d'écran


- la reprise des conseils de quartiers avec périmètre et compétences identiques, sous tutelle des services de la ville et des élus.


Il est bien loin le temps des récits fabuleux qui promettaient de faire de la politique "autrement"


Le collectif "Les Annéciens"

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.