F.A.Q


Nous sommes un collectif d'habitants qui s'est rassemblé autour de la candidature de Denis Duperthuy, tête de liste à l'occasion des élections municipales de mars et juin 2020.
Nous sommes apartisans. Nous promouvons une certaine idée de la politique locale à travers nos envies pour plus de démocratie nous permettant d'élaborer un programme pour mieux vivre ensemble sur un territoire qui protège son écosystème exceptionnel.
Nous sommes régit par des statuts associatifs.

Vous pouvez nous rejoindre en nous contactant à l'adresse lesanneciens@gmail.com.
Oui, nous avons plusieurs élus qui défendent notre projet de territoire au plus proche de nos Institutions locales. Vous pouvez retrouver leurs noms et leurs fonctions ici.
Pour réaliser des fermes urbaines, il faudrait dépolluer le sol de son amiante et de son plomb dus aux rejets de l'activité aéronautique. Cela veut dire décaisser 1,5 mètres de terre minimum sur 110 hectares s'il l'on ne veut pas risquer d'obtenir des légumes impropres à la consommation.
Cependant, construire sur une partie de ce terrain pour stopper l'étalement urbain en périphérie permet de préserver les terres agricoles existantes et cesser de faire diminuer l'autonomie alimentaire de l'agglomération.
Nous nous refusons à faire des promesses en l'air. Lorsque l'on souhaite diriger une ville, il faut en assumer les responsabilités. Annecy est une ville déjà chère, car elle est attractive et attire plusieurs milleurs d'habitants supplémentaires chaque année. Si nous voulons conserver une mixité sociale en centre-ville, que nos enfants puissent continuer de se loger où ils sont nés, nous devons limiter la hausse des prix et proposer des logements pour tous. Limiter l'étalement urbain c'est aussi limiter la distance des trajets domicile/travail et donc le nombre de voitures sur la route.

Nous proposons donc 20 hectares d'urbanisation pour répondre à la demande de logement social et privé sur la Ville d'Annecy pour les 30 prochaines années au moins.
Ce quartier sera l'occasion de repenser globalement notre réseau de transport en commun, avec l'arrivée du tramway à Annecy qui pourrait assurer une desserte rapide du centre "historique" et une meilleure connexion entre tous les territoires de notre commune et agglomération.
Nous souhaitons un quartier vertueux, pour lequel le PLU prévoit un nombre minimum de voitures par ménage avec des parkings aux entrées du quartier, ne laissant que passer les modes de transport doux.
  • Il est aujourd'hui subventionné à hauteur de 720 000€ par an en moyenne. Soit 7200€ par an par emploi créé. 
  • Il ne supporte plus aucune liaison commerciale et ne sert donc qu'à une extrême minorité d'usagers.
  • Les nuisances supportées par les riverains sont croissantes du fait d'une forte augmentation des vols de loisir.
  • Le tourisme d'affaire (seul qui revêt un intérêt économique) ne représente plus que 5% du trafic contre 95% pour l'aviation de loisir.
  • La réduction du trafic aérien et de ses émissions est désormais une priorité nationale et internationale.
  • L'aérodrome se situent en plein cœur de l'agglomération du Grand Annecy.

La compétence urbanisme n'est pas une compétence de la Ville d'Annecy mais une compétence du Grand Annecy dont fait partie la commune d'Epagny-Metz-Tessy.
On discute avec le Conseil Départemental qui est un partenaire. De plus, la ville et l'agglomération émettent un avis sur le renouvellement de la concession de l'aérodrome. Le Maire possède aussi des pouvoirs de police sur sa commune le permettant, s'il le souhaite, d'interrompre l'activité de l'aérodrome.
Pour rappel, il est très courant que les collectivités cèdent des terrains entre-elles pour pouvoir conduire leurs politiques publiques, comme Claire Lepan le souligne dans cette vidéo.
Non. Il s'agit d'une interprétation.
Nous souhaitons construire des équipements publics et des bâtiments administratifs pour regrouper les services centraux de la commune nouvelle d'Annecy (130 000 habitants) dans des bâtiments vertueux. Ces services sont aujourd'hui à l'étroit et éclatés sur tout le territoire de la commune nouvelle et engendrent de lourds surcoûts. Ces surcoûts sont dus aux navettes nécessaires pour faire la liaison entre eux, mais surtout dus aux coûts d'entretiens importants que nécessitent les bâtiments vieillissants.
Les Annéciens continueront de trouver un accueil de proximité pour effectuer toutes leurs démarches administratives dans des mairies annexes (aujourd'hui mairies déléguées). Une partie des bâtiments communaux pourront être vendus ou utilisés au bénéfice des associations annéciennes en venant compléter le parc de salles communales qui est aujourd'hui insuffisant.