Reconquérir les rives du lac : une politique qui doit se poursuivre


24 Dec
24Dec

Depuis des décennies, les maires d'Annecy ont mené une politique visant à acquérir les propriétés des bords du lac situés entre la première voirie et les berges pour rendre cet espace au public. Avec l'abandon du projet de centre des congrès sur la presqu'île d'Albigny, et les réflexions en cours à la ville, cette politique est sur le point d'être enfin menée à terme sur le territoire de la commune d'Annecy.
Si nous nous réjouissons que la constance des citoyens et des maires de Charles à Bernard Bosson ait permis cette réalisation, le combat n'est pas fini. D'autres communes riveraines du lac ont également mené cette politique, il faut le souligner, mais il reste beaucoup à faire. Les rives du lac sont encore très "encombrées". 

Le lac est notre bien commun.

Il doit être donné à tous les habitants. Cette politique de "libération" des rives doit donc aujourd'hui s'étendre à toutes les communes limitrophes du lac.

Depuis les années 1960, 1980, nos institutions ont changé. Les prix immobiliers ont aussi beaucoup augmenté. Des "petites" communes n'ont plus l'assise financière nécessaire pour faire les acquisitions des biens qui pourraient se présenter à la vente. Mais d'autres institutions ont depuis vu le jour : notre agglomération, le Grand Annecy, qui se doit d'intervenir. 

Il est donc urgent de se mettre autour d'une table et de lancer ensemble une réflexion pour nous donner les moyens financiers d'acquérir les propriétés qui seraient mises en vente et qui présentent un enjeu pour l'accès au lac et la libération des rives. Cette réflexion doit associer les communes, l'Agglomération, la foncière de Haute Savoie récemment créée par l'EPF74, le conservatoire du littoral, le conseil départemental et l'Etat. 

L'Agglomération devra prendre sa part car les enjeux sont importants pour tout le territoire, pour les habitants et pour l'image de notre lac. Un groupe de travail a été récemment annoncé en bureau pour réfléchir à un montage financier pérenne. Nous souhaitons qu'il aboutisse rapidement.

Le rêve de Bernard Bosson est loin d'être achevé. Chaque génération d'élus doit poursuivre ce travail pour transmettre aux générations d'après un lac plus accessible, plus naturel, plus ouvert à toutes et tous. C'est le souhait des Annéciens (retrouvez la vidéo que nous avions réalisée lors de la campagne des élections municipales 2020).

Le collectif Les Annéciens

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.