Piste cyclable contre voie routière : la mauvaise équation !


05 Aug
05Aug

🚴 La piste cyclable devant la mairie fait beaucoup parler d'elle, à juste titre. Jean-Luc Rigaut est à l'origine de cette création à cet endroit (mesure quelque peu précipitée pour envoyer un signal électoraliste en pleine pandémie) mais sous la pression, avait décidé de repousser à l'automne la mise en place de cet essai. La nouvelle majorité, dans une vision dogmatique, s'est empressée de la mettre en oeuvre, en dépensant d'ailleurs de l'argent public pour la rendre quasi-pérenne. La maire-adjointe de la ville a d'ailleurs dit qu'il n'était pas question de la remettre en cause.

Nous sommes pour beaucoup d'entre-nous des "vélo-taffeurs" et empruntons les voies cyclables de notre territoire quotidiennement. C'est un mode de déplacement à valoriser, nous l'avions promu pendant la campagne et continuerons de le promouvoir. Cependant, nous pensons, comme Denis Duperthuy l'a exprimé au bureau de l'Agglomération et au Conseil, que :


- le lieu d'implantation de cette voie est mal choisi. Nous sommes ici sur une zone limitée à 30 km/h, qui doit permettre la cohabitation dans un même flux de tous les modes de circulation: voitures, vélos et même piétons. Sur cet axe, c'est clair : les voitures devraient rester DERRIÈRE les vélos. Donc à court-terme, il s'agit éventuellement de limiter cette zone à 20 km/h et surtout de faire respecter cette limitation, y compris à l'aide de radars de contrôle de la vitesse des voitures et en interdisant le changement de voie (sauf véhicule de livraison à l'arrêt).👮‍♀️


- la piste est coupée par les entrées/sorties du parking de l’hôtel de ville. Les cyclistes voient le passage forcé par des voitures et manquent régulièrement de se faire renverser. De nombreux témoignages me remontent dans ce sens. On crée ici une zone accidentogène forte.🚦

Les Annéciens, ont évidemment analysé ce problème. La solution à moyen-terme nous semble être la mise en oeuvre, sur le pont de la Halle d'une passerelle vélo en encorbellement, avec séparation des flux sur le quai de la Tournette. Il faut également étudier la possibilité soit d'un encorbellement sur le canal du Vassé, soit d'une nouvelle passerelle pour rejoindre le Paquier.


S'il faut réduire la place de la voiture en ville, il faut faire les choses dans le bon sens et en concertation. 


D'abord offrir les alternatives (pistes cyclables, transports en commun, zones piétonnes...) puis réduire la place de la voiture et non pas faire l'inverse. Le dogmatisme conduit à une dégradation des conditions de vie de nos concitoyens, à une hausse de la pollution et finalement à un rejet de toute mesure écologique pourtant indispensable. 🤝


Le collectif Les Annéciens

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.