Militantisme, responsabilité et institutions


18 Sep
18Sep

A l’heure où le SCoT (schéma de cohérence territoriale) du bassin annécien négocie avec la Communauté de communes des Vallées de Thônes un éventuel élargissement du périmètre du SCoT, seul véritable outil de cohérence urbanistique à l’échelle du bassin de vie, le maire d’Annecy et de nombreux élus majoritaires se sont rendu, en leur nom et leur matricule d'élus pavanés sur les réseaux sociaux, sur le plateau de beauregard pour manifester leur opposition à la création d'une retenue collinaire, décision urbanistique relevant de la communauté de commune des vallées de Thônes.

Périmètre actuel du SCoT du bassin annécien

Pourtant, qui pourrait dire que la communauté de communes des vallées de Thônes n'appartient pas au "bassin de vie" d'Annecy ? Les interdépendances en matière de flux de mobilité et d'emplois suffisent à en justifier la pertinence.

Cependant, cette décision ne relève que des élus des vallées de Thônes, une fusion de SCoT ne doit avoir lieu que sur leur propre intention, leur adhésion à l'idée de porter un projet de territoire en commun avec les élus de l'actuel périmètre du SCoT du bassin annécien.

Alors pouvons-nous dire que le comportement des élus majoritaires de la Ville d'Annecy va aider dans les discussions ? 

On imagine aisément les élus des stations des Aravis, après une telle présence, voter l’élargissement du SCoT et leur mise en minorité au sein d’un schéma élargi. Si nous avions des élus un temps soit peu plus visionnaires, ils sauraient que, si telle est leur volonté, il serait toujours beaucoup plus facile d’empêcher ce genre de réalisation en étant dans le même SCoT, plutôt que de se rendre à une manifestation et y prendre le micro en leur titre et fonction. 

Nous regrettons, une fois de plus ces coups de communication. Plutôt que de travailler à des solutions pérennes, c’est toujours leur crédo, quitte à ce qu’au final la première victime soit... l’environnement !

Nous sommes élus d’Annecy et de l’Agglomération du Grand Annecy et nous estimons que les sujets des autres communes ou communautés de communes ne nous regardent pas, car c'est par là que passe le respect des territoires et des habitants qui élisent leurs propres décideurs. Nous trouverions déplacé qu’un élu de la Clusaz se permette de prendre la parole durant un rassemblement militant ou dans la presse pour contester une décision prise par des élus d’Annecy désignés démocratiquement.

La question que nous posons ici est celle de l'efficacité et de la pertinence des actions menées par les élus, pas celle de s'il est bien ou non, si il est nécessaire ou non de construire une retenue collinaire sur le plateau de beauregard. Par ailleurs, il y a en ce moment une enquête publique où chaque citoyen peut s'exprimer. Il est bien normal dans ce cadre que les associations et autres collectifs se mobilisent. Mais il nous semble indispensable de respecter nos institutions et donc les choix des habitants. Nul doute que pendant la mobilisation contre le centre des congrès à Annecy, des élus d'autres communes sont venus manifester à titre personnel, c'est leur droit. Cependant, jamais aucun d'entre eux n'a pris la parole dans la presse, ou au micro devant les manifestants. A juste titre : ce n'est pas leur rôle.

Les élus Les Annéciens

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.