Refus de permis de construire : l'alerte des professionnels et la détresse des habitants !


21 May
21May

Le groupe « Les Annéciens », lors du dernier Conseil municipal, a été interpelé par deux décisions prises par François Astorg, maire de la commune d'Annecy : 

• la décision 116-2021  : Requête en annulation déposée devant le Tribunal administratif par la société VINCI IMMOBILIER contre l’arrêté de refus de permis de construire du 14 décembre 2020 

• la décision 170 – 2021 : Requête en annulation déposée devant le Tribunal administratif par la société SOCIÉTÉ VILLES ET VILLAGES CRÉATIONS contre l’arrêté de refus de permis d’aménager du 20 août 2020 

Intervention d'Antoine Grange lors du Conseil municipal du 17 mai 2021

Ces décisions résonnent avec des alertes qui nous ont été formulées par des professionnels locaux du milieu du bâtiment. Malgré certains discours que nous avons pu entendre de la majorité pour donner suite aux premières interpellations sur le sujet à propos du rejet de nombreux permis de construire après l'arrivée de la nouvelle majorité -très ambiguë sur ce sujet- à la tête de la commune, nous étions restés prudents, n’ayant d’éléments factuels à opposer, ce qui a cependant susciter notre attention particulière sur ce sujet.

Or aujourd’hui, ces deux décisions nous inquiètent. 

Elles nous inquiètent car, comme nous l’a dit un professionnel du secteur, le BTP est pourvoyeur d’emplois directs et indirects qui représentent aujourd’hui 20% des emplois de notre bassin  de vie. Un logement créé, c’est aussi 1,3 emploi créé. Des emplois non délocalisables qui disposent de l’ingénierie nécessaire aux transformations écologiques et sociales de nos villes. Il faut garder en tête qu’aujourd’hui refuser 10 logements à Annecy, c’est refuser à minima 3 logements dit sociaux, nécessaires à la lutte contre la hausse des prix de l’immobilier qui a atteint un sommet cette année.

Nous souhaitions prendre la parole en nous faisant les relais des habitants de longue date qui cherchent désespérément à pouvoir rester sur la commune où ils vivent depuis des années, mais aussi des architectes, des cabinets et entreprises locales, qui se sentent de moins en moins considérés par notre collectivité et délaissés au profit de grandes signatures parisiennes.

Nous souhaiterions un urbanisme vertueux, au service de l’économie locale, des acteurs locaux et des habitants. 

La réponse apportée par notre collectivité ne doit oublier aucun de ces trois aspects, au risque de créer un fort déséquilibre, accroitre les inégalités et pénaliser toute notre région.

Les élus du groupe Les Annéciens

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.